Alice Guy Blache by Emmanuelle Gaume with Alexandra Lamy

Alice Guy Blache by Emmanuelle Gaume with Alexandra Lamy
Why a movie? Guy-Blaché is the definition of an industry pioneer, rising first through Gaumont Studios, then by becoming the founder and head of Solax Studios. By all accounts a cisgender woman, she nonetheless challenged masculine stereotypes, making big meaningful moves like casting women into then-typically male professions, like magicians or dog-trainers, and taking on the masculine roles herself, dressing as a man and stepping in front of the camera. Today, as we continue to mold our perspectives on how we conceptualize gender and sexuality in mainstream artr, Guy-Blaché’s story is both a feminist rendering of an inherently masculine system, and a subversion of how women were expected to perform both on- and off-screen

jeudi 26 mai 2016

Aprés la fifille à Mèlies, la fifille d'Alice Guy raconte The "Untold story of Alice Guy Blache" en Skypscope et son monophonique

 Miss P. Green (The untold story of Alice Guy!), aprés 4 ans d'effort a enfin réussit a skiper une descendante d'Alice Guy, le mieux, le son chronophonesque https://vimeo.com/153457595


Aprés la fifille à Mèlies, la fifille d'Alice Guy raconte The "Untold story of Alice Guy Blache" en Skypscope et son monophonique

vendredi 6 mai 2016

"L'Utilité du rayon X" Une brève comédie sexy Réal. Alice Guy Blache
(France/1898/Teinté/ muet/53'') Gaumont
A l'octroi, une dame se présente : son embonpoint paraît suspect. Les douaniers la soumettent aux rayons X...Une brève comédie sexy, typique des possibilités offertes par la naissance du cinématographe.
En 1895, G.C. Röntgen découvre des rayons mystérieux capables de traverser le corps humain. N'en connaissant pas la nature, il les nomme rayons X.

jeudi 5 mai 2016

Qui est Alice Guy? Alice Qui? 1975 Nicole Lise Bernheim

video
Qui est Alice Guy? Alice Qui? 1975 Nicole Lise Bernheim

Alice pose pour Frédéric Dillaye " helped her refine the tricks"..

Alice pose pour Frédéric Dillaye " helped her refine the tricks".....Frédéric Dillaye, a écrit de nombreux livres sur la photographie et fut mon professeur bénévole, surtout lorsque je commençai mes films. Sa vie familiale fut bouleversée par le terrible incendie du Bazar de la Charité. La famille Dillaye ce jour-là, arriva un peu en retard pour prendre le train qui devait l’amener au Bazar de la Charité ou elle tenait un stand. Le chef de gare qui la connaissait, courut avec elle afin de lui ouvrir un wagon et l’aider à y monter. Frédéric Dillaye était dans le bureau de Gaumont, nous causions paisiblement, lorsqu’un employé arriva très ému et très pâle, prévenir Gaumont du sinistre provoqué par le cinéma. Dillaye entendit en partie cette conversation. Lui Gaumont et moi-même, nous prîmes une voiture et nous précipitâmes à l’endroit du terrible incendie. Des gens affolés couraient de tous côtés. Enfin les pompiers arrivèrent à vaincre les flammes et Dillaye se trouva par hasard en face d’une de ses filles qui, affolée venait de sortir. Elle lui raconta qu’elle tenait sa mère par la main au moment ou elle réussissait à échapper. Un remous l’en avait séparée et elle se demandait ce qu’était devenue sa mère. Inutile de dire par quelles affres nous passâmes, jusqu’au moment ou, trés tard dans la nuit, on fut admis à essayer de reconnaître ce qui restait des victimes. Je ne fus pas autoriséé à accompagner Gaumont et Dallaye, je n’en aurais, du reste, pas eu le courage. C’est après de longues recherches et grâce à des boucles d’oreilles qu’il connaissait que Frédéric Dillaye reconnut le corps de sa femme. Dix-sept personnes de cette famille qui n’avait jamais connu de vrais chagrins, périrent dans cette terrible catastrophe. Egalement, un an plus tard, la fille aînée de Dillaye qui avait été séparée de sa mère, mourait d’une sorte de consomption. Dillaye mit fort longtemps à se remettre à ses occupations (Autobiographie Alice Guy)

 Alice Guy pose pour Frédéric Dillaye " helped her refine the tricks"..
Alice pose pour Frédéric Dillaye " helped her refine the tricks"..