Alice Guy Blache by Emmanuelle Gaume with Alexandra Lamy

Alice Guy Blache by Emmanuelle Gaume with Alexandra Lamy
Why a movie? Guy-Blaché is the definition of an industry pioneer, rising first through Gaumont Studios, then by becoming the founder and head of Solax Studios. By all accounts a cisgender woman, she nonetheless challenged masculine stereotypes, making big meaningful moves like casting women into then-typically male professions, like magicians or dog-trainers, and taking on the masculine roles herself, dressing as a man and stepping in front of the camera. Today, as we continue to mold our perspectives on how we conceptualize gender and sexuality in mainstream artr, Guy-Blaché’s story is both a feminist rendering of an inherently masculine system, and a subversion of how women were expected to perform both on- and off-screen

lundi 28 septembre 2015

Julie Gayet - Grazia octobre 2015


When The "First Lady" Julie Gayet speaks about The "First Lady" of the cinema; Alice Guy ...
Julie Gayet : l'interview féministe et indépendante d'une femme moderne
Par Philippe Azoury 28 sept. 2015 - 11h45 GRAZIA Oct 2015



Depuis bientôt deux ans, Julie Gayet se tient à l'ombre des médias. Si aujourd'hui elle sort de sa réserve, c'est pour défendre son documentaire, Cinéast(e)s. Et se poser la question de l'indépendance d'une femme. Rencontre exclusive...

- Cela repose sur l'idée fausse que les femmes ont mis du temps avant de réaliser leurs films...
Et pourtant, il y a eu Alice Guy. Elle fut la première cinéaste femme, la première directrice artistique de la Gaumont dès 1896, soit un an après l'invention du cinéma. Elle a convaincu la Gaumont de faire de la fiction, on imagine quelle devait être sa force de caractère. Cela veut dire aussi que le cinéma, dès son origine, dès les premières années du xxe siècle, est fait par des femmes et des hommes. On l'a vite oublié. De même qu'on ne sait pas si, à la préhistoire, les premières statuettes étaient faites par des hommes ou par des femmes. Est-ce que l'histoire de l'art est obligatoirement une histoire masculine ?
- Pourquoi avoir voulu poser la question aux hommes ?
Pour les entendre parler des femmes en les mettant en avant. Symboliquement, la dernière intervention du documentaire, c'est Martin Scorsese qui parle d'Alice Guy. Quand j'entends la jeune génération, que ce soit Rebecca Zlotowski, Céline Sciamma, Katell Quillévéré, Valérie Donzelli, je vois des cinéastes qui ont dépassé la question, pour qui la grande différence, c'est la différence sociale entre les individus. C'est ça qui fait priorité. Et de la même façon pour les garçons : Jacques Audiard ou Thomas Cailley parlent ouvertement d'un mâle défaillant et voient un modèle de puissance et de virilité en Kristen Stewart. Dans Les Combattants, la façon dont Thomas Cailley investit le personnage d'Adèle Haenel d'un physique qui dépasse les limites supposées définir le masculin et le féminin est significative de ce qui est en train de se passer en ce moment.

Aucun commentaire: